Fruit de Bael

Arbre sacré dans l’Hindouisme, le bael est un agrume originaire du sous-continent indien et de l’Asie du Sud-Est. Il est présent dans des pays tel que la Birmanie, au Pakistan, au Sri Lanka, au Laos ainsi qu’en Thaïlande.

A gauche, jeunes fruits de bael séchés. Plus le fruit prend de la maturité, plus il devient clair.

Selon les régions ou pays où il se trouve, le fruit de bael est appelé différemment : Bilva, Bengal quince (coing du Bengale), golden apple (pomme d’or), Japanese bitter orange (orange amère japonaise), wood apple (pomme de bois), mark toum.
Ses fleurs fleurissent au début de la saison des pluies (juillet – septembre) et il faut compter 10 à 12 mois pour que ses fruits poussent et mûrissent.

Au Laos, les fruits de bael (« mark toum » en lao) sont coupés en tranches puis séchés au soleil. Ils sont principalement utilisés pour préparer une délicieuse et rafraîchissante infusion, chaude ou froide.

Faire bouillir une dizaine de minutes.

Butterfly Pea Flower

Le butterfly pea flower est une plante commune dans la plupart des pays de l’Asie du Sud-Est.

Connu également sous le nom de fleur de pois-papillon, pois bleu, Aprajita, pois Cordofan, Assan, fleurs de thé bleu ou encore ailes de pigeon asiatique, cette fleur a une caractéristique particulière : elle est réputée pour ses pétales bleues, qui, une fois séchées, sont souvent utilisées en cuisine, trempées dans de l’eau tiède ou chaude, en fait un colorant alimentaire naturel. Par exemple, pour colorer le riz blanc ou le riz gluant, les desserts, ou tout simplement pour préparer une infusion.
Pour cette dernière, ajoutez-y seulement quelques gouttes de jus de citron et votre infusion deviendra comme par magie violette.

Au Laos et en Thaïlande, on dit que consommer régulièrement une infusion de fleurs d’assan peut avoir un effet bénéfique pour la vue et la circulation sanguine.


Racine de Lotus

Originaire d’Asie, le lotus, appelé « dork boua » au laos, est une fleur que l’on retrouve flottant à la surface des eaux.

Admirée pour sa beauté, elle est également appréciée au niveau culinaire.
Une fois la fleur fanée, on découvre son « fruit » dont les graines peuvent être consommées crues, à condition d’ôter au préalable l’enveloppe verte au goût amer. De même que la racine, qui est le rhizome de la plante, est un féculent nourrissant. On la prépare épluchée, tranchée et sautée à la poêle ou tout simplement bouillie dans de l’eau afin d’obtenir une infusion que l’on peut déguster chaude ou froide, désaltérante à souhait.

Bon à savoir, il n’y a que les rhizomes et les fruits-graines de la variété de lotus géant (« dork boua yaï » ou « dork boua luang ») qui peuvent être consommé.
Quant aux nénuphars, seuls les tiges sont comestibles et ses fleurs sont utilisées pour les offrandes (Bousa) et les décorations.

PARTAGER
Article précédentPause Gourmande Lao