Le Sukiyaki est un plat populaire japonais.
Préparé dans une marmite, il est composé de viande de bœuf de bonne qualité comme celle de Kobe (qui est très renommée au Japon), légumes, champignons shiitake, de tofu et de nouilles. Quant à l’assaisonnement, il se fait avec du sucre, de la sauce soja et du sake (alcool de riz).
Parfois confondu avec le Shabu-Shabu, une autre spécialité japonaise, les tranches de bœuf du Sukiyaki sont coupées un peu plus épaisses.
De plus, les recettes de Sukiyaki diffèrent selon les régions du Japon. Par exemple, à Tokyo, on cuit tous les ingrédients dans la sauce, tandis qu’à Osaka, on commence par la cuisson de la viande.

INGRÉDIENTS

Pour 2 personnes :

  • 250 g de fines tranches de bœuf d’environ 10 cm de longueur (rumsteak, filet, faux-filet)
  • 150 g de tofu grillé (ou poêlé sans huile ni beurre)
  • 1/2 oignon
  • Quelques champignons shiitake
  • 2-3 cives japonais (ou ciboule)
  • 1 petit paquet de vermicelle
  • 2-4 œufs frais du fermier

Facultatif : jeunes feuilles de mizuna, poireau, feuilles de chrysanthème comestibles, champignon Enoki, nouilles Udon, nouilles à base de konjac

Assaisonnement : sucre brun, sauce de soja, sake, un petit morceau de graisse de cuisson de bœuf « Wagyu », disponible dans les épiceries japonaises (à défaut, un peu d’huile végétale)

Jeunes feuilles de mizuna et julienne de poireau

PRÉPARATION

Couper le tofu grillé (ou poêlé) en cubes, de la taille d’une bouchée.

Retirer les pieds des champignons shiitake et les tailler à l’aide d’un couteau.
Les laisser entiers ou les couper en deux s’ils sont trop gros.
(Pour les champignons enoki, retirer les extrémités de la tige et les « déchirer » à la main.)

Couper le demi oignon en tranches de 1-1,5 cm et les cives japonais.

Cuire les vermicelles dans l’eau bouillante pendant environ 30-40 secondes.
Égoutter dans une passoire, puis les couper en deux ou en trois.

Cuisson du Sukiyaki :

Dans une marmite peu profonde en fonte, faire chauffer un petit morceau de graisse de bœuf et enduire le fond.
Réduire le feu et ajouter un peu de sucre brun.

Répartir les fines tranches de bœuf.
Lorsque le bœuf est à moitié cuit, verser un peu de sauce soja et du sake.

Dans un petit bol, mélanger l’œuf (avec ou sans sauce soja) à l’aide des baguettes, sans le faire mousser.

Retourner les tranches de bœuf.
A ce stade, la viande est très goûteuse.
On l’apprécie trempée avec délicatesse dans l’œuf et dégustée aussitôt.

Placer le bœuf cuit sur les bords de la casserole.
(Le sucre caramélisé donne un très bon goût aux futurs aliments à cuire.)
Ajouter en petite quantité les légumes, le tofu, les champignons, les vermicelles et encore quelques tranches de bœuf.

Surveiller le feu de cuisson : il doit être en-dessous de la chaleur moyenne.
Si les ingrédients sont près de brûler, verser un peu de sake, cela permet de refroidir les aliments.

Arroser de sauce soja et verser le sake sur les ingrédients.
(Faire de même pour chaque nouvel ingrédient ajouté dans la marmite.)

Tourner le feu à moyen et retourner de temps en temps les ingrédients pour une cuisson uniforme. C’est prêt à servir.
Dès que chaque ingrédient est cuit, trempez-les dans l’œuf ou dégustez-les tel quel et appréciez le Sukiyaki.

Après avoir pleinement apprécié le Sukiyaki, on peut – par exemple – ajouter des nouilles udon à la fin. On l’assaisonne de nouveau avec une petite quantité de sake, de sucre et de sauce soja. Laisser l’udon absorber la sauce restante.

NOTE :

  • On pourrait penser qu’assaisonner chaque ingrédient avec du sucre et de la sauce de soja est un « processus lourd » mais il permet d’obtenir la meilleure saveur.
  • Si vous n’avez pas de sake, réduire alors la chaleur au minimum et éviter d’ajouter de l’eau afin que les ingrédients ne soient pas trop « noyés » dans les liquides.
  • Évitez les œufs crus si vous n’avez pas l’habitude d’en consommer comme les Japonais.

Bonne dégustation !

PARTAGER
Article précédentTom Kha Kaï
Article suivantDécouvrir le Laos