Voici la recette traditionnelle du « Tom Kha Kaï » :

« Tom » signifie « faire bouillir »
« Kha » veut dire « le galanga »
« Kaï » pour « le poulet »

INGRÉDIENTS

  • Blanc de poulet
  • Lait de coco
  • Oignon ou échalote
  • Galanga
  • Citronnelle
  • Coriandre
  • Lime
  • Champignon pleurote (héd « nang fa » en thaï)
    volvaire (facultatif)
  • Tomate
  • Feuilles de combava
  • Piment frais
  • Sel
  • Sucre
  • Sauce de poisson

♦ Note :

Dans cette recette, le galanga ne peut être remplacé par du gingembre, sinon le goût ne serait plus authentique et on ne l’appellerait pas « Tom Kha Kaï », mais « Tom Khing Kaï » (« khing » veut dire « gingembre »).
De même, si on remplace le poulet par des crevettes, ce plat s’appellerait alors « Tom Kha Kung » ou « Tom Khing Kung » (« kung / koung » veut dire « crevette »). Mais cette variante n’existe pas dans la cuisine traditionnelle thaïe.
A ne surtout pas confondre avec le « Tom Yam Kung » (à base de crevettes, avec ou sans lait de coco très épicé) qui est très célèbre et répandu presque partout dans le monde.

PRÉPARATION

Dans une casserole, verser le 3/4 du lait de coco.
Ajouter le galanga, la citronnelle et 2-3 racines de coriandre.
Cuire environ 5 min à feu moyen pour laisser dégager l’arôme des ingrédients.

Pendant ce temps, couper les blancs de poulet en morceaux et mettre dans la casserole, avec l’oignon, les champignons, les piments, les feuilles de combava et le reste du lait de coco.
(Vous pouvez rajouter un peu d’eau si vous le trouvez trop épais.)
Laisser mijoter environ 10-15 min.

Assaisonner et goûter.
Il faut qu’il soit à votre goût, mais pas trop salé ni trop sucré non plus.

En fin de cuisson, ajouter les tomates coupées en deux ou en quatre selon la taille.
Mélanger délicatement et éteindre le feu.
Parsemer de coriandre et quelques gouttes de lime.

Le riz parfumé thaï accompagne parfaitement ce plat traditionnel.

Bonne dégustation !

PARTAGER
Article précédentAccras de Haddock
Article suivantLe Sukiyaki